Histoire

L’essor industriel hors norme de la fin du XIXe siècle fut une source d’inspiration pour Francesco Balli, maire de Locarno à l’époque. Pour lui, le progrès devait aussi passer par les voies de communication et de transport, d’où l’idée visionnaire de réaliser  une nouvelle voie ferrée qui relierait Locarno à Domodossola en passant par les Centovalli et le Val Vigezzo. L’objectif à long terme était de prendre part aux projets ferroviaires déjà existants en établissant notamment de nouvelles connexions avec les lignes du Saint-Gothard et du Simplon. L’idée fut très bien accueillie et suscita également l’enthousiasme des maires du Val Vigezzo avant d’être finalement acceptée par les populations. Un comité exécutif italo-suisse fut alors créé pour donner vie à un projet commun. Souhaitant mettre fin à l’isolement géographique de la région tout en dynamisant son économie, les membres du comité virent en ce projet d’envergure le moyen de réaliser cette vision. Leur persévérance et  les efforts collectifs des communes du Locarnese et de la Vigezzina concernées apportèrent une contribution décisive à cette ambitieuse entreprise.

Les audacieux pionniers à l’origine de cette formidable réalisation ont pour nom Balli, Falcioni et Sutter. Leur persévérance et leur engagement inébranlables permirent de surmonter tous les obstacles politiques, techniques et financiers pour transformer un rêve en réalité. La voie ferrée fut inaugurée le 27 novembre 1923. La presse de l’époque ne tarit pas d’éloges ni de qualificatifs pour décrire la réussite du projet. On peut notamment y lire les formules suivantes: «des structures de ponts audacieuses», «des trains qui ressemblent à de gigantesques trapézistes», «des prairies idylliques» ou encore «des hauts plateaux verdoyants».

Le chemin de fer à voie étroite est effectivement un chef d’œuvre d’ingénierie et de technique qui s’intègre aujourd’hui encore de manière harmonieuse aux paysages exceptionnels des deux vallées.

Le réseau ferroviaire a été renouvelé en continu de 1923 à nos jours. D’ici la fin 2023, huit nouveaux trains seront mis en service pour remplacer l’actuel matériel roulant. Les standards de fabrication des nouvelles compositions de trains sont très élevés et le confort est accru.